Rechercher
  • Jimmy Salchegger

L'aventure à portée de main.

Dernière mise à jour : 7 juin

Sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.
 

Un itinéraire encore inconnu et improbable pour moi il y a quelques années. Compost...quoi ? Pèlerinage à pied ? A quoi bon marcher autant ?


Il y a un vol direct Genève-Saint-de-Jacques-de-Compostelle en plus. Si vraiment tu veux voir la Cathédrale, tu peux y être en 2 heures, tu la visites et tu passes le reste de tes vacances à faire la fête en Espagne, à profiter du beau temps à la plage ou à ne rien faire allongé dans un hamac.


Allongé à ne rien faire...c'est d'ailleurs ce à quoi j'étais occupé quand je suis tombé sur l'annonce de cette association qui recherchait des mentors. Cliquons, après tout j'ai du temps à offrir, tentons l’expérience.

Après avoir passé la phase de sélection, l'association m'a appelé un jour "On a quelqu'un pour vous" m’ont-ils annoncé. J’ai rencontré ce quelqu’un quelques jours plus tard à Lausanne. Il m'a dit "j'ai fait St-Jacques-de Compostelle" je lui ai dit "waouh, joli"…réponse que j'aurais pu associer à une centaine d'autres choses qu’il m’aurait dit avoir réalisées et dont je n’avais pas la moindre idée de l’existence ou du sens.


Etre mentor, je ne savais pas non plus en quoi ça consistait après tout. J'ai compris que j'avais carte blanche et qu'on devait apprendre l'un de l'autre, en résumé. Nous étions en avril, toujours en pleine pandémie et mes vacances arrivaient. Je lui ai dit "Et si nous marchions ensemble ? " Il m'a rapidement dit oui, je regrettais déjà mon idée. Au-delà du fait que je n'avais absolument aucun matériel, le hic était surtout que je n’aimais pas spécialement marcher. A vrai dire, mon corps s'y est opposé depuis ma naissance. En effet, il aura fallu quatre opérations des hanches pour que mes jambes se décident enfin à aligner correctement un pas après l’autre mais là n’est pas le sujet.

Nous y voilà ! Un matin de grisaille on a pris le chemin ensemble pour trois jours, il avait préparé le trajet et noté l'itinéraire sur un bloc-notes. Je pouvais y lire "El Camino de Jimmy".


"Le chemin se fait en marchant "

Trois mois après notre périple, j'entamais seul durant quelques jours le célèbre GR65 au départ du Puy-en-Velay, après avoir assisté à la bénédiction donnée aux pèlerins.

Un an plus tard, soit dans quelques jours à peine, je m'apprête à reprendre le chemin depuis mon dernier lieu d’arrivée avec comme objectif d’atteindre Saint-Jacques-de-Compostelle. Environ 1500 kms et 60 jours de marche…et je n’aime toujours pas spécialement marcher.

Vous vous demandez certainement ce qu'il s’est passé entre ces derniers paragraphes ? Il n’y a pas eu que des espaces blancs, voilà ce que je peux vous dire.


Il y a eu la vie, dans toute sa largeur. La même qui me guidera tout au long de mon chemin.




551 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout